Emballages alimentaires: savez-vous vraiment ce que vous mangez?

Publié le: 

mpeacely / Shutterstock

Ce début d’année a notamment été marqué par l’arrivée du nouveau Guide alimentaire canadien. Malgré ces recommandations, il n’est pas toujours facile de savoir exactement ce que l’on met dans notre assiette. Valeurs nutritives, mention «Bio», origine du produit… saurez-vous démêler le vrai du faux?

 

Un commerçant peut vendre un aliment dont la date «meilleur avant» est dépassée.

Vrai : la date «meilleur avant» est mentionnée à titre indicatif pour le consommateur.

C’est la vente d’un aliment insalubre qui est illégale, par exemple un aliment pourri. Il est aussi illégal pour le commerçant de changer la date après l’avoir apposée sur le produit.

L’emballage d’un aliment doit toujours afficher un tableau des valeurs nutritives.

Faux : le tableau des valeurs nutritives n’est pas obligatoire pour certains aliments, comme les fruits et légumes frais et les boissons alcoolisées.

Pour mieux comprendre le tableau de la valeur nutritive, consultez le guide de Santé-Canada.

Les ingrédients d’un aliment doivent apparaître par ordre alphabétique sur l’étiquette.

Faux : les ingrédients doivent apparaître selon leur ordre d’importance dans la composition de l’aliment.

La liste d’ingrédients n’est pas obligatoire pour tous les aliments. Par exemple, elle ne l’est pas pour les produits emballés sur les lieux de vente.

La mention «commerce équitable» sur un aliment démontre qu’il a été produit dans le respect des principes de cette forme de commerce.

Faux : au Québec, l’étiquetage des produits issus du commerce équitable n’est pas spécifiquement encadré.

Cependant, des organisations internationales, comme Fairtrade Canada, offrent des certifications aux entreprises respectueuses des principes du commerce équitable.

La présence d’organismes génétiquement modifiés (OGM) doit être indiquée sur l’étiquette d’un produit.

Faux : cette mention n’est pas obligatoire.

Toutefois, un commerçant peut indiquer que son produit ne contient aucun OGM, à condition bien sûr de ne pas induire le consommateur en erreur

Un aliment qui porte la mention «biologique» doit respecter certaines normes environnementales.

Vrai : au Québec, le terme «biologique» est une appellation réservée. Pour vous assurer de l’authenticité de la mention, recherchez sur l’étiquette la mention « certifié par » et le nom d’un organisme certificateur reconnu.

Le  «Cidre de glace du Québec» est une appellation réservée.

Vrai : le Cidre de glace du Québec est une indication géographique protégée. Cette indication établit un lien entre un produit et une région.

Au Québec, il existe 5 indications géographiques protégées en date de mars 2019: l’Agneau de Charlevoix, le Vin du Québec, le Maïs sucré de Neuville, le Cidre de glace du Québec et le Vin de glace du Québec.