Circuler en zone scolaire: ouvrez l’œil!

Publié le: 

Shutterstock

Pour de nombreux parents, la rentrée peut être une source de stress: déposer le petit à la garderie, l’aînée à l’école… et toujours plus vite pour ne pas être en retard au bureau. Mais à vouloir faire trop vite, vous pourriez payer le prix fort.

 

Attention à la vitesse

La vitesse maximale autorisée dépend généralement du type de route sur laquelle vous circulez. Dans les agglomérations, la plupart des routes sont limitées à 50km/h. Toutefois, dans les zones scolaires, cette vitesse peut être revue à la baisse, par exemple à 30km/h. Prêtez attention à la signalisation.

Si vous dépassez la vitesse autorisée, le montant des amendes et les points d’inaptitude varient selon l’importance du dépassement. Par exemple, si vous roulez à 60km/h dans une zone à 30km/h, vous pourriez recevoir une amende de 90$ et 2 points d’inaptitude.

Depuis le 1er août, les amendes pour excès de vitesse sont doublées en zone scolaire, pendant la période scolaire indiquée à la signalisation.

 

Priorité aux autobus

Quand un autobus scolaire est arrêté avec ses feux rouges clignotants allumés et ses panneaux d’arrêt sortis, vous devez vous immobiliser à au moins cinq mètres du véhicule. Vous avez l’obligation de respecter cette règle lorsque vous suivez un autobus, mais aussi lorsque vous lui faites face, sur l’autre voie de circulation. Si un terre-plein sépare les voies, cette règle ne s’applique pas.

En cas d’infraction, vous pourriez recevoir une amende de 200 $ à 300 $ et 9 points d’inaptitude.

Les cyclistes aussi doivent s’arrêter derrière l’autobus, sous peine d’une amende de 80 $ à 100 $.

 

Les ordres du brigadier avant tout

Lorsqu’un brigadier est présent, ses ordres passent avant la signalisation. S’il vous barre la route pour faire traverser des enfants, vous devez le respecter, même si, par exemple, la lumière est verte pour vous.

En cas d’infraction, vous risquez une amende de 200 $ à 400 $ et 4 points d’inaptitude.