Ados et partage de photos intimes: le point sur la loi

Publié le: 

Shutterstock

Alors que les élèves québécois viennent de reprendre le chemin de l’école, une récente affaire de partage de photos intimes impliquant des adolescents refait les manchettes. Voici quelques rappels quant à ce que prévoit la loi.

 

Une pratique interdite

Partager les images intimes de quelqu’un sans son accord est une infraction criminelle. Il est donc interdit de diffuser, par exemple, les photos intimes de son ex, que ce soit dans les médias sociaux ou à un ami.

Si la personne présente sur les photos est mineure, la personne qui les diffuse pourrait aussi être accusée de distribution de pornographie juvénile. Cette accusation peut être portée même s’il est lui-même mineur, et même si l’autre personne a accepté le partage de ses photos.

 Au Canada, un adolescent peut être tenu responsable des gestes criminels qu’il pose dès l’âge de 12 ans.

 

Qu’est-ce qu’une image intime?

C’est une image (photo ou vidéo) qui montre certaines parties du corps (seins, parties génitales, etc.) ou qui représente une activité sexuelle explicite.