Révoquer son testament

foto-ruhrgebiet / iStock / Thinkstock

Après avoir révisé votre testament , vous constatez que des changements importants s'imposent dans votre testament. Vous pouvez le révoquer, c'est-à-dire l'annuler, en tout temps pour autant que vous ayez la capacité de le faire au sens de la loi, c'est-à-dire être lucide et en pleine possession de vos moyens. À partir du moment où vous êtes inapte, il n'est plus possible de faire un testament, de le modifier ou de le révoquer.

La révocation est une forme de testament. Elle doit être faite selon les mêmes conditions qu'un testament, c'est-à-dire de manière olographe, devant témoins ou notariée. La manière choisie peut être différente de celle de votre testament. Cependant, si elle est faite sous forme olographe ou devant témoins, elle devra être vérifiée par au tribunal ou par un notaire à votre décès, ce qui entraîne des coûts et des délais.

 

L'utilité de la révocation du testament

La révocation est généralement faite par écrit et peut être utilisée pour annuler :

  • un testament antérieur

    Ainsi, la révocation peut être seule et destinée à annuler un testament antérieur. Voici un exemple de révocation : « Je révoque toutes dispositions testamentaires antérieures à mon présent testament. »

Si vous révoquez entièrement un testament, sans en prévoir de nouveau ou sans faire revivre un ancien testament, la succession sera réglée comme si vous n'avez pas de testament.

  • une partie d'un testament antérieur

    Si vous révoquez seulement certaines parties d'un testament, les autres parties pourront continuer de s'appliquer, dans la mesure où elles ne sont pas incompatibles avec le testament le plus récent.
     

    Attention ! Révoquer une ou plusieurs parties d'un testament peut devenir un véritable casse-tête pour votre liquidateur, car il devra déterminer ce qui est « compatible » et « incompatible » entre les deux documents. Cela peut aussi s'avérer une source de conflit possible entre les héritiers.

  • un testament antérieur et contenir des dispositions d'un nouveau testament

    En fait, il s'agit ici de créer un nouveau testament en prenant soin d'indiquer que toutes les autres dispositions testamentaires faites avant ne s'appliqueront plus.

 

D'autres façons de révoquer une partie ou la totalité d'un testament

Outre la révocation écrite dans un testament, il est également possible de révoquer autrement un testament ou une partie, par exemple dans les cas suivants :

  • donner ou vendre avant votre décès l'un des biens que vous léguez par testament;
  • détruire, déchirer ou déchiqueter votre testament olographe ou devant témoins;
  • rayer les clauses à annuler. (Il est fortement conseillé de signer et inscrire la date en marge des ratures pour indiquer à votre liquidateur que c'est vous qui avez barbouillé votre testament, et non pas un membre de la famille mal intentionné ou le petit voisin un peu turbulent que vous gardez à l'occasion !)

Évidemment, même si ces alternatives sont possibles, la meilleure façon de procéder est de prévoir une révocation claire du testament ou d'une de ces parties dans un nouveau testament. Un professionnel du droit peut vous conseiller et rédiger adéquatement une révocation testamentaire ou un nouveau testament.

Important !
Cet article explique de façon générale le droit en vigueur au Québec et n’est pas un avis ou un conseil juridique. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat ou un notaire.