Rendre officiel un testament non notarié : la vérification

Sergey Galushko / iStock / Thinkstock

La loi exige que les testaments olographes et ceux faits devant témoins soient vérifiés, c'est-à-dire validés, par un tribunal ou un notaire au décès de la personne qui a signé le testament, même si c'est un avocat qui l'a rédigé. Vous devez avoir en main l'original du testament.

Notez que le testament notarié n'a pas besoin d'être vérifié.

 

Les raisons de la vérification du testament après le décès

La vérification est une procédure qui vise à :

  • vérifier la preuve du décès;
  • confirmer l'identité de l'auteur du testament
  • aviser les héritiers potentiels de l'existence d'un testament non notarié (de cette façon, l'un d'eux a l'opportunité d'amener un élément nouveau, par exemple l'existence d'un autre testament plus récent, ou encore s'opposer à la vérification du testament. Ce sera le cas, par exemple, lorsqu'une personne estime que le testament ne devrait pas être vérifié car il n'émane pas de la personne décédée.)
  • confirmer que c'est bien le dernier testament de la personne décédée et qu'il est valide selon la loi du Québec.

La vérification vise à établir le respect des conditions de validité du testament et non son contenu. La vérification du testament n'empêche pas une éventuelle contestation judiciaire des dispositions contenues dans le testament.

 

Le processus pour faire vérifier un testament

Les héritiers peuvent demander la vérification du testament à un notaire ou au tribunal.

La vérification par un notaire

La vérification du testament par un notaire aura la même portée que si la décision était rendue par le tribunal. Toutefois, un notaire ne peut faire la vérification d'un testament contesté, par exemple si quelqu'un prétend qu'il s'agit d'un faux testament.

Prévoyez plusieurs semaines pour obtenir le document de vérification. Informez-vous auprès de votre notaire pour connaître les délais pour l'obtenir.

Pour ce qui est des frais, ceux-ci dépendent des honoraires professionnels du notaire. La facture totale s'élève généralement à plus de 1000 $.

La vérification par le tribunal

Il faut procéder par une demande généralement présentée à la Cour supérieure du district judiciaire de la personne décédée.

Vous pouvez vous renseigner plus amplement sur ce type de demande au tribunal sur le site Web de Justice Québec ou en achetant un modèle de demande ou un guide aux Publications du Québec.

Plusieurs personnes choisissent de s'adresser à un notaire ou à un avocat pour rédiger la demande, alors que d'autres décident de la rédiger et de la présenter eux-mêmes au tribunal.

Prévoyez plusieurs semaines pour obtenir le jugement de vérification. Vous devrez également payer des frais judiciaires, en plus des honoraires professionnels si vous choisissez de faire préparer la demande par un avocat ou notaire. La facture totale s'élève généralement à plus de 1000 $.

 

Les documents nécessaires pour la vérification du testament

Pour procéder à la vérification d'un testament, le notaire ou le tribunal a besoin de divers documents, notamment :

  • l'original du testament;
  • une copie officielle de l'acte de décès délivrée par le Directeur de l'état civil;
  • une déclaration assermentée (affidavit) de l'un des témoins au testament ou, si le testament est olographe, une déclaration assermentée d'une personne qui est en mesure d'identifier la signature du testateur;
  • une preuve d'envoi de la demande de vérification aux héritiers potentiels;
  • tout autre document pertinent.

 

La succession pendant le processus de vérification du testament

Une fois le testament vérifié, le liquidateur ou les héritiers pourront obtenir des copies officielles (« certifiées conformes »). Ces copies sont disponibles au greffe du tribunal ou au bureau du notaire. Ensuite on peut commencer la liquidation de la succession, par exemple ouvrir un compte bancaire au nom de la succession, fermer les comptes du défunt, etc.

Important !
Cet article explique de façon générale le droit en vigueur au Québec et n’est pas un avis ou un conseil juridique. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat ou un notaire.