Les droits du père d’un enfant allaité

Alexander Shalamov / iStock / Thinkstock
Il arrive que l'enfant dont les parents se séparent soit encore allaité. Comment déterminer le temps que le père de l'enfant allaité pourra passer avec lui? Cette situation peut être problématique. Si les parents demandent au tribunal de se prononcer sur les contacts père-enfant, quel impact aura l'allaitement de l'enfant sur la décision du juge? 

Le critère principal : le meilleur intérêt de l'enfant allaité

L'allaitement n'est pas une raison en soi pour séparer un père de son enfant. Le juge considèrera donc l'allaitement comme un fait parmi d'autres.

Le juge évalue le meilleur intérêt de l'enfant pour se prononcer sur le temps que chacun des parents peut passer avec ce dernier.

Comment l'allaitement sera considéré par le juge

Le juge considère généralement les critères suivants :

  • Quel est l'avis de chaque parent sur l'allaitement et le sevrage?
  • La décision de continuer d'allaiter l'enfant a-t-elle été prise par la mère seule, ou par les deux parents?
  • Le sevrage présente-t-il des risques ou de réels inconvénients pour l'enfant?
  • Quels sont les efforts de la mère pour faciliter les droits d'accès du père?
  • Quel est l'âge de l'enfant et sa relation avec chacun de ses parents?

Dans plusieurs cas, les droits d'accès du père seront progressifs, c'est-à-dire qu'ils augmenteront avec le temps permettant une adaptation au rythme de l'enfant.

Le juge ne peut pas obliger la mère à tirer son lait afin de permettre au père d'avoir plus de temps avec l'enfant. Toutefois, il peut décider à quels moments le père pourra voir son enfant et la mère devra alors adapter son horaire d'allaitement.

Important !
Cet article explique de façon générale le droit en vigueur au Québec et n’est pas un avis ou un conseil juridique. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat ou un notaire.