Le divorce à l'amiable

Comstock / Stockbyte / Thinkstock
Le divorce n'est jamais chose facile. Toutefois, il peut être moins pénible si les époux s'entendent sur la façon de mettre fin à leur mariage. Cet article traite de différentes façons de divorcer à l'amiable. 

 

Le divorce conjoint

Le divorce conjoint est un divorce à deux. Les époux demandent le divorce ensemble avec la même paperasse. Ils sont donc codemandeurs du divorce.

Voici les conditions pour qu'un divorce se demande conjointement :

Si les époux choisissent de retenir les services d'un seul avocat ou d'un notaire pour rédiger leur entente et la paperasse de divorce, cet avocat ou ce notaire doit conseiller et être fidèle aux deux époux, c'est-à-dire qu'il ne pourra pas favoriser la position de l'un au détriment de celle de l'autre.

 

Le divorce sur consentement

Les époux ne sont pas obligés de demander le divorce ensemble, même s'ils s'entendent.

Autrement dit, les époux peuvent divorcer à l'amiable, mais ils le font séparément. Par exemple, ça serait le cas si les époux sont dans une des situations suivantes:

  • Ils veulent chacun être représentés par leur propre avocat.
  • Un des époux veut invoquer l'adultère ou la cruauté physique ou mentale comme motif de divorce.
  • Le divorce est déjà demandé par un des époux et ils sont parvenus à une entente plus tard dans le processus de divorce.
  • Les époux ne s'entendent pas sur toutes les conséquences du divorce, par exemple, ils s'entendent sur la garde des enfants mais pas sur le partage de la valeur de leurs biens.

Les époux peuvent consigner les points sur lesquels ils sont d'accord dans une entente écrite qu'ils signeront. Cette entente peut aussi s'appeler un « projet d'accord » ou un « consentement ».

L'entente peut éventuellement être transformée en jugement et faire partie du jugement de divorce entre les époux.

La façon de transformer l'entente en jugement dépend de la situation des époux. Consultez un avocat pour en savoir plus.

Important !
Cet article explique de façon générale le droit en vigueur au Québec et n’est pas un avis ou un conseil juridique. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat ou un notaire.