Le déroulement de la médiation

Pixfly / Shutterstock

Vous pensez aller en médiation pour résoudre un conflit? Avant de vous lancer, voici quelques éléments à savoir pour mieux comprendre comment ça se passe généralement en médiation.

 

L’approche du médiateur

Lors d’une séance de médiation, le médiateur n’est pas là pour prendre une décision. Il n’est pas là non plus pour donner des conseils, des opinions juridiques ou pour tenir une séance de thérapie. Son rôle est de vous aider à trouver les solutions qui vont convenir à tous.

Par exemple, le médiateur va:

  • Faciliter la communication et encourager l’échange d’informations entre les participants.
  • Aider les participants à cibler les différentes facettes du conflit qui les oppose.
  • Permettre à chacun d’exprimer son point de vue et ses besoins, et d’entendre ceux de l’autre personne.
  • Favoriser la coopération des participants dans la recherche de solutions possibles à leur conflit.

Certains médiateurs sont plus réservés, alors que d’autres interviennent davantage pour proposer des pistes de solutions, par exemple. Vous pouvez choisir un médiateur en fonction de l’approche qui vous convient le mieux.

La médiation peut aussi prendre plusieurs formes. Dans beaucoup de cas, le médiateur invite les personnes en conflits à son bureau pour s’assoir tous ensemble et discuter. Mais la médiation peut aussi se faire par téléphone et même sur Internet.

 

Qui peut être présent?

En règle générale, les personnes concernées participent ensemble aux séances de médiation. C’est donc vous, le médiateur et la personne avec qui vous êtes en conflit qui serez présents.  

Vous désirez être accompagné? Informez-vous auprès de votre médiateur. Si tout le monde est d’accord, une autre personne peut participer, comme un ami, un proche ou un avocat.

Cependant, des exceptions existent: en matière familiale, par exemple, les avocats ne peuvent pas participer à la médiation de leurs clients.

 

Un processus confidentiel

Ce qui est dit en médiation reste en médiation.

Ceux qui participent doivent s’engager à garder confidentiels les discussions, les documents échangés et les documents écrits en médiation. Ainsi, c’est possible de négocier plus librement sans avoir peur que ce qui est dit soit utilisé comme preuve devant un tribunal.

 

Se préparer à la médiation

Avant la médiation, le médiateur va généralement communiquer avec les participants pour leur expliquer son rôle et le déroulement du processus.

Selon le type d’approche du médiateur, la préparation adéquate peut varier. Informez-vous auprès de lui.

Avant d’aller en médiation, vous pouvez également consulter un avocat ou un notaire afin de vous informer sur vos droits.

À retenir: vous n’allez pas en médiation pour faire la preuve de ce que vous réclamez. Par exemple, si vous apportez des documents avec vous, ce n’est pas pour convaincre le médiateur, mais plutôt pour avoir de l’information pertinente afin d’échanger sur la situation, ou pour vous aider à exprimer votre point de vue. Ce sera à vous et à l’autre personne de trouver ensemble une solution satisfaisante.

 

S’il y a entente

Si les participants à la médiation s’entendent, ils n’ont pas toujours l’obligation de rédiger une entente. Une simple poignée de main peut suffire.

Les participants peuvent aussi décider de mettre leur entente par écrit. L’entente écrite sera un résumé durable des accords pour éviter les malentendus. Les participants peuvent écrire l’entente eux-mêmes. Parfois, le médiateur peut l’écrire pour eux.

Les participants peuvent aussi consulter leur avocat avant de signer une entente ou pour les aider à la rédiger.

Une fois rédigée, il est possible de faire «homologuer» l’entente, c’est-à-dire la transformer en jugement en la faisant approuver par un juge. Elle sera ainsi plus facile à faire respecter si un autre conflit survient par la suite.

 

S’il n’y a pas d’entente

Parfois, les personnes n’arrivent pas à s’entendre malgré la médiation. Dans ce cas, elles peuvent:

  • Laisser la poussière retomber et retourner négocier plus tard.
  • Entamer des procédures judiciaires.

Malgré une poursuite judiciaire, il est possible de négocier pour régler le dossier à l’amiable et retourner en médiation.

Important: Selon votre situation juridique, la loi peut fixer un délai maximum (on l’appelle délai de prescription) pour faire valoir vos droits par une poursuite judiciaire. Comme le processus de médiation peut être très rapide ou prendre plus de temps selon le cas à régler, informez-vous sur le délai de prescription qui vous concerne pour ne pas perdre vos droits pendant que vous êtes en médiation.

Important !
Cet article explique de façon générale le droit en vigueur au Québec et n’est pas un avis ou un conseil juridique. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat ou un notaire.