La responsabilité contractuelle

Ingram Publishing / Thinkstock

Dans notre vie de tous les jours, nous concluons régulièrement des contrats. Peu importe le type de contrat, que ce soit par exemple pour l’achat de meubles ou une entente visant la construction d’une maison, la loi exige que nous remplissions nos engagements de façon adéquate et en toute bonne foi. Toute personne qui ne respecte pas son contrat s’expose à être tenue responsable des dommages causés par son manquement.

Éducaloi vous présente, dans cet article, les règles générales de la responsabilité contractuelle. De plus, nous vous informons des droits et des obligations des contractants ainsi que des recours disponibles au cas où le contrat ne serait pas exécuté.

Dans quels cas puis-je être obligé de réparer les dommages causés par mon défaut de respecter mon contrat?

Avant que le tribunal ne puisse conclure que vous êtes responsable et que vous devez réparer les dommages causés à autrui, trois éléments essentiels doivent être prouvés :

  1. Vous devez avoir commis une faute :

    Nous avons tous l’obligation d’accomplir nos engagements selon ce qui est prévu au contrat. Si vous manquez à vos devoirs, vous pouvez être tenu responsable des dommages qui en découlent pour l’autre partie. Cependant, dans la majorité des cas, votre cocontractant, c’est-à-dire, la personne avec qui vous avez conclu le contrat, doit d’abord prouver que vous n’avez pas rempli vos obligations ou que celles-ci ont été remplies de manière fautive ou non conforme au contrat. Sachez également que chacun d’entre nous a par ailleurs des obligations envers les autres qui ne sont pas contenues dans le contrat et en vertu desquelles nous pouvons être tenus responsables : il s’agit de notre responsabilité extracontractuelle. Pour plus d'information, consultez l'article: La responsabilité civile.
     

  2. La personne avec qui vous avez contracté doit avoir subi des dommages à cause de votre faute :

    Par exemple, des frais engagés pour terminer ou faire exécuter des travaux, des intérêts sur la somme due, la perte d’une vente, des frais d’expertise, etc.
     

  3. La faute que l’on vous reproche doit être directement liée aux dommages causés à l’autre contractant :

    En droit, ce concept s’appelle le lien de causalité entre la faute et le dommage.

Quels sont mes recours envers l’autre contractant qui n’exécute pas sa part du contrat?

Selon le cas, plusieurs recours sont possibles:

  • vous pouvez demander à ce que l’autre partie exécute ses obligations. En droit, ce concept s’appelle « l’exécution en nature ». Ce recours ne peut cependant s’appliquer dans toutes les situations, puisque la nature de l’obligation doit s’y prêter. Il serait en effet difficile, par exemple, de forcer à un acteur de jouer dans une pièce de théâtre à laquelle il s’était engagé, s’il refuse de le faire. En revanche, il est possible, par exemple, de forcer un commerce à respecter les heures d'ouverture convenues dans un bail de location commerciale.
  • vous pouvez demander au tribunal de forcer l’autre contractant à respecter ses engagements par le biais d’une injonction. Cela pourrait être une interdiction ou bien une obligation de faire quelque chose. Il s’agit ici d’un recours accordé seulement lorsque les dommages qui peuvent vous être causés sont très sérieux, voire irréparables. Ce recours peut être utilisé, entre autres, lorsqu’une personne ne respecte pas une clause de non concurrence.
  • vous pouvez aussi demander à ce que l’autre partie vous compense pour avoir failli à ses obligations, en faisant effectuer les travaux à ses frais. En droit, ce concept s’appelle « l’exécution en nature par remplacement ». Ce recours est permis notamment lorsque, l’autre partie (cocontractant) refuse d’exécuter ou exécute mal les travaux pour lesquels vous l’aviez engagée.
  • vous pouvez demander que l’autre partie vous paye la valeur équivalente de leur part du contrat en argent . Ce concept s’appelle en droit « l’exécution par équivalent » et sert à compenser votre perte si l’autre partie refuse d’exécuter ou exécute mal sa part du contrat . La compensation pourrait alors servir à ce que vous puissiez faire exécuter l’ouvrage par une autre personne, mais vous pouvez aussi garder l’argent .
  • vous pouvez demander l’annulation de votre contrat. Dans la majorité des cas, des conditions strictes doivent cependant être remplies afin d’obtenir l’annulation du contrat :
     
    • l’inexécution du contrat doit être injustifiée. Elle ne doit pas être due, par exemple, à votre faute ou à un événement qui est hors du contrôle de l’autre contractant, qualifié de force majeure;
    • l’inexécution doit porter sur un aspect important du contrat. En effet, si l’autre contractant omet d’exécuter qu’une partie des engagements accessoires au contrat, cela est insuffisant pour obtenir l’annulation du contrat. Vous pourriez alors obtenir tout au plus une réduction de vos engagements, telle une baisse de prix;
    • vous devez avoir exécuté vos propres engagements;
       
  • si vous voulez conserver votre contrat, il est possible de réclamer une réduction de vos propres engagements. La loi le permet lorsqu’un des cocontractants n’exécute pas ses engagements. Par exemple, vous réservez par internet une camionnette pour une fin de semaine, mais le véhicule qui vous prêté sur place est une automobile. Comme vous avez besoin du véhicule immédiatement, vous le prenez, mais vous pouvez demander une réduction du prix, puisque ce n’est pas ce pour quoi vous vous étiez entendus.
     
  • vous pouvez demander un dédommagement financier pour les dommages et les inconvénients que vous avez subis. Ce recours peut se prendre seul lorsque vous ne désirez pas obtenir l’exécution de votre contrat par équivalent ou l’annulation de celui-ci. Le recours en dommages-intérêts peut aussi être joint à l’un ou l’autre des recours énumérés précédemment.

Ai-je l’obligation de continuer à payer la personne avec laquelle j’ai conclu un contrat si celle-ci a cessé d’exécuter ses propres engagements?

En général, non. La loi vous permet de refuser de payer ou d’exécuter tout autre engagement tant et aussi longtemps que la partie avec laquelle vous avez contracté n’exécute pas de façon considérable ses engagements ou lorsqu’elle n’offre pas de le faire.

Mais attention, cette règle n’est valable que dans les situations où vous n’êtes pas obligé d’exécuter vos engagements le premier. Renseignez-vous auprès d’un conseiller juridique avant de cesser d'exécuter vos engagements, afin de déterminer si vous en avez le droit. Dans le cas contraire, vous serez responsable des dommages qui seront causés par votre décision.

Quelles sont mes obligations lorsque l’autre contractant n’exécute pas les siennes et que j’en subis des dommages?

Lorsque vous constatez que l’autre contractant n’exécute pas ses engagements, vous avez l’obligation de minimiser vos dommages. Cela signifie que vous devez faire en sorte de ne pas aggraver vos dommages, en prenant les mesures qu’aurait prises, dans les mêmes circonstances, une personne prudente et diligente.

Les tribunaux sont sévères à l’égard des personnes qui réclament des dommages qui auraient pu être évités si elles avaient fait preuve de prudence et de diligence.

Important !
Cet article explique de façon générale le droit en vigueur au Québec et n’est pas un avis ou un conseil juridique. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat ou un notaire.

Articles dans la section "Formation du contrat et responsabilités"